4 leviers pour réduire l’empreinte écologique d’un site web

En juillet 2018, Jack Lenox se lançait un défi de prime abord curieux : développer le thème WordPress le moins énergivore possible.

Pour ne rien vous cacher, ma première réaction a été : 🙄. Encore un développeur qui a beaucoup trop de temps libre !

J’ai tout de même pris le temps de lire ses motivations sur son blog, et là, révélation : 😲. Je me défini comme plutôt écolo, je privilégie les transports en commun, je tri mes déchets, j’essaie d’acheter bio et local. Mais je ne m’étais jamais préoccupée de l’impact de mon travail de développeur web sur la planète.

Le secteur technologique pollue autant que le trafic aérien.

En 2017, les activités IT ont représenté 2% des émissions de CO2 dans le monde, soit la même part que le trafic aérien. Dans 3 ans, ce sera le double. Alors non, nous ne pouvons pas contrôler la déforestation. Par contre nous sommes maîtres des data centers que nous utilisons, et de la façon dont nous délivrons nos produits aux utilisateurs.

Levier n° 1 : Diminuer le poids des pages web

L’énergie nécessaire pour afficher une page web dépend de la quantité de ressources qui doit transiter du serveur vers l’ordinateur de l’utilisateur. Malheureusement, le constat est sans appel : le poids moyen des sites à quasiment triplé en 6 ans.

Evolution du poids et de la répartition des ressources pour servir une page web de 2011 à 2017.

Le premier levier que nous avons à notre disposition est donc de réduire le poids des pages que nous produisons. De plus, qui dit site léger, dit aussi site rapide. Un web plus écolo serait donc bénéfique à la fois pour la planète et pour l’utilisateur final.

Levier n°2 : Bien choisir son hébergeur.

Le département de l’énergie américain estime que 10% de l’énergie consommée par les services de l’état fédéral va aux data centers. Le choix de l’hébergeur est crucial si nous voulons proposer le site web le moins polluant possible.

Les hébergeurs s’engagent

Chez Amazon, l’énergie alimentant les data centers est à 50% renouvelable. Plus fort, 1&1 revendique 100% d’énergie renouvelable. Chez OVH, plus gros hébergeur français, la climatisation a été remplacée par un système de refroidissement via l’eau ou l’air (pas de chiffre cependant sur le pourcentage d’énergie verte).

Il existe quelques labels garantissant l’engagement écologique des hébergeurs :

  • Green-e : Très strict, ce label compte peu de partenaires labélisés, dont 1 seul hébergeur, Kualo.
  • Green Power : Délivré par l’agence de protection de l’environnement américaine, ce label garanti un pourcentage minimum d’énergie verte. 1&1, GreenGeeks et iPage ont ce label.
  • Je n’ai pas trouvé de label français ou européen.

Levier n°3 : Limiter le nombre d’emails envoyés

En janvier 2017, la RTE (la société qui gère le réseau électrique français) publiait une série de conseils pour nous aider à réduire notre consommation d’électricité. Parmi ces conseils : envoyer moins d’emails. Cette missive a bien fait rigoler les internets, notamment Reddit, mais ce n’est pas si ridicule que cela.

French asked to send fewer emails to save electricity from nottheonion

D’après les recherches de Mike Berners-Lee pour son livre « How bad are bananas?: the carbon footprint of everything« , voici les chiffres :

  • Email Spam : 0.3g de CO2
  • Email normal : 4g de CO2
  • Email avec une pièce jointe conséquente : 50g de CO2

Berners-Lee estime qu’une année d’emails ajoute 136kg à l’empreinte carbone d’une personne, soit un trajet de 320km avec une voiture moyenne.

D’après une étude de MailChimp datant de mars 2018, le taux d’ouverture des emails commerciaux est de 21%. La grande majorité des emails que nous envoyons ne sont jamais lus.

Levier n°4 : Alléger au maximum les templates d’impression

Les besoins en feuilles de papier pour l’impression sont responsables de 42% de la déforestation dans le monde. En plus de défigurer nos forêts, cette industrie nécessite énormément d’eau, et rejète beaucoup de pollution dans les océans.

Nous ne pouvons pas empêcher les utilisateurs d’imprimer (quoi que), mais nous pouvons alléger au maximum ce qu’ils impriment : supprimer les éléments non essentiels (pubs, navigation, menus, carousels…), privilégier le noir et blanc aux couleurs, réduire la taille du texte…

Par exemple, si j’imprime cet article du journal Le Monde, je me retrouve avec 11 pages, dont 6 inutiles :



Hello.
Mon nom est Vincent Ballut, je suis développeur web freelance basé à Paris. J'ai aussi un site pro, un github, et je tweet de temps en temps. Si vous souhaitez me contacter, je réponds plus facilement sur linkedin ou par email.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Hello.
Je m'appelle Vincent Ballut,
développeur web
freelance.

Je publie des articles accessibles et pédagogiques sur tout ce qui touche au développement web et à ses problématiques.

Dans la vraie vie, je suis développeur web freelance basé à Paris, spécialisé dans le développement frontend (Angular, React, VueJS, etc).

J'ai aussi un site pro, un github, et je tweet de temps en temps. Si vous souhaitez me contacter, je réponds plus facilement sur linkedin ou par email.

Derniers articles